Services de streaming vidéo : une bataille de géants

Tendances | 26.06.2018

Video Streaming Services - battle of giants

Parmi tous les secteurs en transformation, celui du streaming vidéo est l’un des plus emblématiques. Ses services sont déjà adoptés par de nombreux consommateurs. Selon le cabinet Strategy Analytics, plus de 250 millions de foyers dans le monde paient pour un abonnement à un service de streaming vidéo. Une prévision : ce nombre devrait atteindre 300 millions d’abonnés fin 2018 et plus de 450 millions d’ici 2022. Secteur pourtant récent, il est déjà en transition avec une concurrence accrue : des pure players aux mastodontes de l’e-commerce ou du divertissement, on assiste à une émulation sans précédent.

Tout comme le transport, c’est celui qui offrira le service le plus complet, le plus riche et le plus personnalisé qui sortira du lot.

Netflix : le géant incontesté ?

Avec 117,6 millions d’abonnés payants, Netflix s’impose et en impose. Pourtant tout n’était pas gagné pour l’entreprise fondée il y a 20 ans et qui proposait initialement de la location de DVDs distribués par courrier ! Si un destin à la Kodak lui pendait au nez, c’était sans compter sur le flair de son fondateur et dirigeant Reed Hastings qui a pris LA décision de sa vie en lançant la plateforme de streaming du même nom. C’est peu dire que le succès fut au rendez-vous. Netflix est tellement entré dans les moeurs que de parler de “journée Canap/Netflix” est devenue monnaie courante. Vient alors la seconde décision capitale pour Netflix : se lancer dans la création de contenus originaux en plus de la collection de films, séries, et documentaires déjà présents sur la plateforme. L’expérience Netflix se veut totale : toutes les vidéos sur tous les appareils et pour seulement 10 euros.
Netflix aurait-il la moindre faiblesse ?

Amazon, Disney, Canal … Des acteurs qui ont une carte à jouer

En dehors de ses propres productions, on trouve peu de films récents (sortis la même année ou l’année précédente) sur Netflix. En France, c’est l’apanage de CanalPlus et de sa plateforme MyCanal. Inutile d’insister sur le fait que proposer le dernier blockbuster génère un fort intérêt pour les consommateurs.

D’autres acteurs, et non des moindres entrent dans la danse : Amazon affiche ses ambitions avec 26 millions d’abonnés aux Etats-Unis pour Amazon Prime Video, Apple annonce la sortie de sa plateforme de streaming video pour mars 2019, enfin, fin 2019, c’est Disney qui annonce la sortie d’un service du genre. Pensent-ils concurrencer Netflix ou se développer sur leur propre créneau ?

Et la télé dans tout ça ?

Dans le paysage du streaming vidéo, on en oublierait presque d’évoquer certains acteurs essentiels. Chaînes de télévision, opérateurs internet et producteurs de contenus constituent un écosystème complexe et nouent des alliances parfois sensibles qui constituent une chaîne de valeur importante. Pourtant, ces acteurs dits “traditionnels” n’ont pas déclaré forfait. Bien au contraire. Leurs productions augmentent en qualité, et font appel à des “stars” du cinéma à l’instar de CanalPlus tout récemment avec Nathalie Baye.

Signe de l’importance des chaînes, de nombreuses plateformes de streaming citées plus haut envisagent de proposer un bouquet TV à leurs abonnés. Les chaînes de télévision restent donc une des sources de contenus les plus importantes grâce à leurs relations avec les producteurs ainsi qu’à leur expérience en terme de financement. Un autre atout mais fragile, leur relation avec les opérateurs internet qui proposent l’accès à leurs programmes via leurs boxes. L’exemple de l’accrochage récent entre TF1, CanalPlus et Orange, montre néanmoins que les relations sont complexes et posent de nombreuses questions : quel rapport de force entre créateur de contenu et diffuseur et que doit-on rémunérer, chaque acteur doit-il produire ses contenus proposés ? Inversement, tous les producteurs de contenus pourront-ils développer leur propre plateforme. Le consommateur, face à la multiplication des acteurs fera son choix : mais sur quels critères ?

*****************

Et si Netflix était le “Carrefour” du streaming vidéo, raflant ainsi un grand nombre de consommateurs pour sa praticité et sa capacité à proposer un maximum de “produits” en un “même lieu” ? Par conséquent, n’y aurait-il pas un espace, voire plusieurs, pour quelques spécialistes ? Le documentaire animalier, les séries asiatiques, les sports sur glace… Les aventures du streaming vidéo ne font que commencer !

PART I – Transformation digitale : Plus qu’un challenge, une nouvelle vision à adopter

This post is also available in: English

Retour aux articles